La dynamique de l’apaisement

Le chef d’État-major de l’armée tient les rênes sans savoir où il va. Dans l’immédiat, il remplit ses promesses et les manœuvres d’intimidation policières ont cessé. L’Armée protège les marches du peuple, avait-il annoncé, rompant avec les tentatives de les entraver prétexte à réaction. Mais ensuite ?

Continuer la lecture de La dynamique de l’apaisement

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’Allemagne puisqu’il faut en parler

Dans une première étape, le processus de démantèlement de l’Union a atteint les pays de l’Europe du sud, l’appartenance de la Grèce à la zone euro faisant question. Avec l’Italie, ce processus se poursuit sur le même mode, même si le sentiment prévaut que sa sortie sera évitée car l’Union européenne n’y survivrait sans doute pas

Continuer la lecture de L’Allemagne puisqu’il faut en parler

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La « japonisation » de l’Europe

Un spectre progresse en Europe, celui de la « japonisation » dont Mohamed El-Erian ne craint pas de faire ses choux gras. Le piège dans lequel le Japon est tombé depuis une décennie ne lui est pas réservé, avec sa combinaison de croissance faible, de taux d’intérêt bas et d’inflation inexistante, et le rôle très particulier joué par sa banque centrale, que toutefois il esquive.

Continuer la lecture de La « japonisation » de l’Europe

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’armée marque le pas

Avec à sa tête son chef d’État-major, l’armée recule sur des positions qui ne sont pas préparées à l’avance. La réponse au test voulu par Ahmed Gaïd Salah est sans équivoque, les interventions policières n’intimident en rien les algériens, c’est trop tard, c’est raté ! Ou alors il faut s’y prendre en grand, en très grand !

Continuer la lecture de L’armée marque le pas

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Un monde déboussolé

Les ambitions étaient très mesurées lors de la réunion de printemps du FMI à Washington de la semaine dernière, à la fin de laquelle les participants se sont donnés la tâche de « protéger » la faible croissance économique. Celle-ci se poursuit, « mais à un rythme plus lent que prévu en octobre. Elle devrait se raffermir en 2020, mais les risques restent orientés à la baisse », ont-ils prudemment constaté.

Continuer la lecture de Un monde déboussolé

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Piqure de rappel

Pourquoi donc accorder tant de place aux évènements d’Algérie, délaissant les sujets d’intérêt qui ne manquent pourtant pas dans l’actualité ?

Continuer la lecture de Piqure de rappel

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les forces de l’ordre entrent en scène

Le rendez-vous du vendredi a été honoré. Pour la huitième fois, les rues des principales villes algériennes ont été envahies par une immense foule qui ne démord pas de ses exigences.

Continuer la lecture de Les forces de l’ordre entrent en scène

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le temps des rêves est terminé

Forte de tout son poids dans la société algérienne, l’armée va garder un pouvoir qu’elle a toujours conservé entre ses mains depuis l’indépendance et démontrer que rien ne peut se faire sans elle, Mais dans quelles conditions va-t-elle y parvenir ? Au nom du respect de la constitution, et afin de couper court à tout autre processus dont l’armée risquerait de ne pas conserver le contrôle, le chef d’État-major a choisi de confier l’intérim de la présidence au président du Sénat, le premier des « trois B » que sont Abdelkader Bensalah, Tayeb Belaiz et Noureddine Bedoui, dont le départ a été réclamé par la grande foule des manifestants. C’est tout un programme.

Continuer la lecture de Le temps des rêves est terminé

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’armée choisit de précipiter l’affrontement

C’était trop beau, le plan suggéré par El Moudjahid n’a pas été retenu. Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la Nation, la chambre haute du Parlement algérien a été élu mardi président par intérim par les deux chambres réunies. L’élection du nouveau président devra intervenir dans les 90 jours.

Ahmed Gaïd Salah a choisi de défier les manifestants qui réclament le départ de l’ensemble des caciques, dont lui. C’est un très mauvais signe pour la suite. Des milliers d’étudiants l’ont fait savoir dès l’annonce à Alger, mais ils ont été dispersés par une police qui jusqu’à maintenant laissait faire.

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail